Article publié sur lewebpedagogique

26 Juin

Un article rédigé pour lewebpedagogique ( Mars 2008)

LWP :Dans quel but avez-vous créé le blog destiné à des stagiaires IUFM ?

Ma pratique professionnelle des environnements numériques en général et du blog en particulier remonte à plusieurs années. Des raisons multiples m’ont amené à intégrer les technologies numériques. Celle que je privilégie, parmi d’autres, est la [I1] suivante :

L’avènement des réseaux numériques dans le monde éducatif transforme peu à peu les pratiques d’enseignement et d’apprentissage ; en particulier parce que l’espace et le temps de la classe se dilatent (rapport annuel des inspections générales 2007). On peut exercer son métier d’élève comme son métier d’enseignant dans et hors les murs de la classe. De façon informelle (travail à la maison, cdi…) mais aussi de façon prescrite par l’institution lorsque les élèves effectuent un stage, lorsqu’ils choisissent la formation par alternance, ou bien encore le choix de valider leurs acquis par l’expérience (VAE).

Les espaces collaboratifs de co-construction de connaissances se justifient dans ce contexte évolutif puisque leurs fonctionnalités pédagogiques (Souple, ouvert, participatif, évolutif, familier, gratuit, portable, nomade) correspondent aux nouvelles intentions des enseignants qui intègrent les réseaux dans leurs dispositifs.

Avec un minimum de contraintes techniques il sera possible de :

– Déposer des ressources en temps réel ;

– Créer et diffuser des ressources par interaction entre les divers acteurs ;

– Communiquer de façon synchrone et asynchrone

– Créer des réseaux de relations entre professionnels et apprenants.

Depuis deux ans je participe à un travail de recherche à l’INRP de Lyon sur la thématique de la pédagogie embarquée :

« Une représentation formalisée de l’organisation et du déroulement d’une situation d’apprentissage dans laquelle l’usage des fonctionnalités nomades des technologies numériques fait que l’enseignement apprentissage s’exerce dans et hors les murs de la classe. » (Hélène Godinet – Jean-Paul Moiraud, 2007)

« Un blog pour apprendre » a été conçu pour ses potentialités pédagogiques c’est-à-dire comment intégrer des pratiques de travail collaboratives et de co-construction à l’aide d’un environnement numérique choisi.

LWP : Êtes-vous soutenu par votre établissement ?

Assurément oui, mon proviseur Monsieur Roland Mouleyre m’accorde un soutient sans faille dans mes démarches. Il est vrai cependant que le mot blog est source de confusion. Il est assez fréquent qu’il retienne l’attention en raison des chroniques judiciaires plus que par ses potentialités pédagogiques. Ce brouillage médiatique m’amène d’ailleurs plus volontiers à utiliser le terme d’espace collaboratif de co-construction de connaissances (E3c) ou d’espace numérique choisi (la terminologie n’étant pas encore stabilisée)

Il est par conséquent indispensable qu’un enseignant, souhaitant intégrer un E3c dans sa pratique, explique à l’ensemble des acteurs sa démarche et précise ses intentions pédagogiques.

D’après vous, quels sont les obstacles, les difficultés à résoudre pour faire du soutien scolaire en ligne ?

« Un blog pour apprendre » n’est pas précisément destiné à développer une pratique de soutien scolaire en ligne (même si cette configuration peut être retenue ponctuellement pour répondre à des attentes d’individualisation d’accompagnement, de soutien, par exemple dans les situations de handicap).

Ma démarche est destinée à vérifier comment, en mettant en relation dynamique un domaine de connaissances (économie-gestion, contrat de travail dans l’exemple retenu), des acteurs (enseignants, apprenants, professionnels), des outils (matériels et logiciels) et des ressources multimodales (textes, images, vidéos, sons), on peut créer des conditions de construction de connaissances par méthode collaborative.

Je ne parlerais pas d’obstacles ou de difficultés mais de nécessité de créer des scénarios pédagogiques types, mutualisables et transférables afin de créer un vivier de pratiques réutilisables en contexte.
LWP : Pourquoi avez-vous choisi Le Webpedagogique ? Pensez-vous que c’est un nouvel outil pour aider les élèves à s’entraîner davantage ?

J’ai choisi lewebpédagogique pour des raisons variées, à la fois technique, pédagogique et juridique. Elles ne sont pas liées à la nouveauté (le blog remonte aux années 95) mais à la pertinence et à la souplesse des solutions proposées.

des raisons techniques.

Lewebpédagogique est une plateforme conçue avec le blogiciel wordpress. Il me semble qu’elle concilie la souplesse et la simplicité d’utilisation et un nombre de solutions avancées répondant à de nombreux besoins pédagogiques :

o Intégration d’un lecteur vidéo par simple copier/coller ;

o Intégration d’un lecteur de podcast par simple copier/coller ;

o Intégration des flux rss organisant la veille informationnelle presse ;

o Intégration des flux rss pour le suivi externe de l’activité du blog (pousser l’information) ;

o Intégration de menu déroulant pour la présentation des thématiques retenues ;

o Intégration des nuages de tags ;

o Possibilité d’insérer une page d’accueil fixe. Le blog peut ainsi devenir autre chose qu’une compilation, chronologique ou ante-chronologique, d’articles. Il est possible de distribuer l’information de façon organisée en conformité avec ses intentions pédagogiques ;

o Possibilité d’intégrer la solution Google Analytic pour analyser les traces.

des raisons pédagogiques.

C’est à partir de ce point essentiel que j’ai opté pour le webpedagogique (les aspects techniques sont gérables à l’identique sur une plateforme wordpress simple (voir pour exemple un autre de mes blogs pédagogiques)

Le webpedagogique est une plateforme qui est disciplinaire, à ce titre elle évite d’ouvrir des portes par liens hypertextuels sur des blogs hors propos.

L’absence de publicité est aussi un élément déterminant de mon choix. Je reste attaché à la notion non marchande de l’acte éducatif d’apprentissage.
Parce que lewebpédagogique permet de mettre en place une stratégie de collaboration et de co-construction des connaissance grâce au module « inscrivez vos élèves ».
des raisons juridiques

Elles ont été déterminantes dans mes choix. Les aspects juridiques sont une dimension prégnante lorsque l’on diffuse sur les réseaux. Droit d’auteur, droit des marques, droit de réserve, droit lié aux créations des fonctionnaires dans leur mission de service public doivent être intégrés dans la réflexion de conception. Les réactions des élèves me démontrent que cette approche juridique est un facteur de rejet.

Heureusement grâce au webpedagogique et les accords qui ont été conclus avec l’INA[1] il est loisible d’insérer des vidéos et des balladodiffusions ( podcasts) sans avoir à se préoccuper de la gestion des droits d’auteur. L’intégration d’un lecteur vidéo et/ou son renforce cette souplesse d’utilisation.

LWP : Quelles sont les réactions de vos élèves face à cette nouvelle activité pédagogique ?

Ma réponse à cette question sera double, l’une en tant que professeur, l’autre en tant que formateur.

Les élèves/étudiants :

La pratique du blog est totalement intégrée dans mon enseignement. En complément du cours, comme élément de veille informationnelle, comme élément de contact et de dialogue entre les anciens étudiants devenus professionnels et les étudiants en cours de formation.

Au-delà de cet aspect strictement disciplinaire le blog a des enjeux transversaux. Il devrait permettre de contribuer à la validation des compétences C2i et / ou B2i.

Enfin d’un point de vue plus prospectif il sensibilise les étudiants aux solutions numériques pour leur métier futur.

Les élèves professeurs :

Cette facette de mon métier est assez récente, elle ne me permet pas d’avoir un recul réflexif suffisant. Pourtant il me semble que l’intégration des environnements numériques questionne fortement les étudiants. Les réseaux bouleversent les rapports traditionnels d’enseignement par l’exposition des productions au regard de tous, parce qu’ils interrogent sur la validité des ressources, parce que le métier d’enseignant à l’ère du numérique pose la question des nouvelles compétences professionnelles. Le métier de professeur est-il celui de concepteur de ressources ? d’animateur de plateforme de collaboration ? La question reste posée

LWP : Votre blog est un blog multi auteur. Comment avez-vous partagé le rôle pour gérer ce blog ?

Le blog est multi-auteur par choix, par volonté de démonstration de l’utilité de la co-construction collaborative des connaissances. Les rôles sont distribués sur la base d’une répartition entre administrateur et auteurs. Pour le moment la distinction entre abonné, contributeur, auteur, éditeur, administrateur reste pour moi confuse (je me dois de donner un sens à ces significations techniques et les traduire en concept pédagogique)

Ce que je recherche est la possibilité de « contrôler » les informations parce que je suis responsable des propos tenus sur le blog. Au-delà des contraintes d’engagement de responsabilité, la possibilité de distribuer les rôles est une richesse pédagogique. Elle permet de concevoir, d’organiser une stratégie de création collaborative entre élèves et professeur et autres acteurs du monde éducatif (intervenants divers, administrateurs …)

LWP :Ce travail vous prend beaucoup de temps ?

Assurément oui puisqu’il fait l’objet d’un travail de recherche d’équipe mais il se donne pour but de modéliser des systèmes d’enseignement collaboratif via les réseaux. La double attitude qui consiste à enseigner et à formaliser ses pratiques pourra, probablement, permettre de créer des scénarios types. Mutualisés et utilisés par d’autres enseignants, ces scénarios pourraient constituer un vivier de pratiques blogs utilisables par tous.

Ces quelques lignes d’analyse font partie, il me semble, de ce dispositif de mutualisation des connaissances.

En conclusion je souhaite souligner que le blog pédagogique doit être compris et construit comme un espace collaboratif de co-construction de connaissances. L’aspect outil, même s’il est important, doit s’effacer derrière les enjeux pédagogiques que chaque enseignant met en balance dans ses constructions. Le slogan publicitaire du webpedagogique est une assez bonne formule de résumé « partager ses connaissances ».

Jean-Paul Moiraud


[1] institut national de l’audiovisuel


PAGE \# « ‘Page : ‘#’
‘ »

[I1]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :