Twitter et apprentissage

23 Nov

Depuis cette année j’ai inséré les fonctionnalités de  twitter dans mes constructions d’apprentissage.

Au début j’ai cédé à une mode, pourquoi ne pas faire comme les autres ? Un outil de plus dans mon arsenal enseignant, mais quid des fonctionnalités  ? Je suis parti comme à l’habitude en procédant par bricolage (aurais je un univers instrumental clos ?)

Quelques mois plus tard je suis en capacité de tirer quelques enseignements liés à l’usage (ce billet n’a aucune prétention de généralisation)

Le cadre technique :

  • J’utilise deux comptes twitter l’un pour mes étudiants, l’autre pour une communauté plus élargie d’enseignants et de chercheurs
  • J’agrège mes flux à l’aide de Tweetdeck
  • Je diffuse mes flux twitter sur mon blog d’apprentissage grâce à un plugin wordpress nommé twitter for wordpress

Le cadre pédagogique :

Je travaille dans un cadre bien identifié et professionnellement homogène., le design de mode et textile et la pédagogie et les réseaux numériques. Les communautés dans lesquelles j’interviens sont « humainement » préexistantes aux réseaux numériques. Dans chacune de ces deux communautés il y a une communauté d’intérêts, des intentions communes, des objectifs à atteindre partagés.

Le travail avec les étudiants est un travail à la fois en présentiel synchrone et en distant asynchrone, le travail avec les autres enseignants est un travail distant asynchrone.

Les premiers pas sur twitter :

Comme je l’ai dit en introduction, ce travail a été initié plus par tâtonnement que par protocole scientifique bien identifié (l’enseignement dans le secondaire se prête peu à ce genre d’exercice 😦 )

les axes de travail avec twitter

  • Constitution d’une veille collaborative avec les étudiants. Ce travail commence à donner ses fruits mais il faut composer avec des conceptions du travail plutôt orienté vers l’individualisme. Les étudiants ont souvent exprimé ce manque de réflexe du partage de l’information. Je n’ai aucune indication sur la logique de recherche de mes étudiants.
  • Premier billet rédigé en collaboration grâce à un billet diffusé sur twitter. Par collaboration j’entends un travail dont on ne connaît pas à l’avance le résultat, un travail où on prend un risque évident (notamment celui de se fourvoyer). Twitter a permis à des professionnels d’intervenir dans une problématique de cours. Dans le monde réel, je n’aurai jamais pu (ou alors en développant une énergie considérable) convoquer autant de professionnel pour s’exprimer sur une question à la frontière de la gestion et du design.
  • Diffusion d’offre d’emploi spécialisée. Twitter a permis de mettre très rapidement en relation des designers. Cette expérience n’est pas en marge de la réflexion disciplinaire puisqu’elle met en évidence la présence d’un travail réticulaire dans le secteur du design.
  • Mise en relation avec des enseignants d’autres établissements – Mon travail de veille a débouché assez rapidement sur des contacts fructueux avec d’autres enseignants, d’autres établissements. Twitter semble permettre de briser un tabou, oui les autres établissements peuvent être perçus autrement que comme des concurrents potentiels 🙂 . Les enseignants bloggueurs – « twitteriste » existent et s’inscrivent dans une logique de mutualisation. Il faut avouer que  (dans une configuration d’enseignement secondaire) c’est encore embryonnaire (peut être pionnier ?) Les premiers pas sont cependant encourageants.  Je ne suis pas en capacité de dire quels seront les résultats de ce travail  réticulaire. Faut-il y voir les prémisses d’une nouvelle façon d’apprendre, je ne suis pas loin de le penser. A ce jour je suis en relation avec un professeur de philosophie (option design), un professeur / designer d’une grande école parisienne, une chercheuse d’infocom (j’espère ne pas me tromper de spécialité). Cette mise en réseau ne peut être que fructueuse pour nos étudiants.
  • Rencontre avec un groupe de designers– Les flux de twitter m’ont permis de rencontrer des professionnels du design lyonnais dans le cadre du groupe designer interactif. Ce groupe très récemment constitué réfléchi sur le métier de designer. Les discussions riches m’ont permis de découvrir des concepts (Pécha Kucha), de rencontrer des enseignants, des designers professionnels. C’est grâce à cette réunion que j’ai cherché ce que recouvrait la notion de Pecha kucha et que j’ai découvert le travail de Jean-Louis Fréchin et son travail sur no design

Je vais continuer avec enthousiasme cette expérience et son observation et ne manquerais pas de rédiger de nouveaux billets.

Les pistes de travail pour les mois à venir sont de continuer à faire adhérer les étudiants à la démarche de veille / mutualisation, d’expliquer aux autres enseignants les enjeux de ce travail, d’essayer de comprendre la logique de veille des étudiants.

Advertisements

2 Réponses to “Twitter et apprentissage”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tweets that mention Twitter et apprentissage « Un blog pour apprendre, apprendre avec un blog -- Topsy.com - 23 novembre, 2009

    […] This post was mentioned on Twitter by florence meichel, moiraud. moiraud said: Premières reflexions sur twitter dans mes apprentissages http://bit.ly/5M1b49 […]

  2. Des liens sortis du « grenier » ! - 7 janvier, 2010

    […] Twitter et apprentissage […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :