Du LP au BTS

18 Nov

J’ai assisté à une réunion au lycée Carriat de Bourg en Bresse (19/11/2010). Un projet d’accompagnement des élèves de bac pro a été initié . Il est destiné à aider les élèves à anticiper  le changement entre  bac pro et BTS (changement d e rythme, changement d’approche). Une façon d’amener le élèves à comprendre les enjeux de leur cursus futur. Les équipes pédagogiques du LP Pardé ont souhaité rencontrer les équipes du lycée  Carriat pour cerner les enjeux didactiques et pédagogiques dans les dispositifs STS. L’intégration des élèves de LP en BTS pose des questions de méthodologie, de différences de pédagogie. Comment mettre en place des méthodes de transition pour éviter le choc du changement ? Le numérique peut être une solution à instrumenter pour que les enseignants puissent échanger leurs pratiques.

Les professeurs de l’équipe du Lycée ont présenté leurs solutions numériques utilisées en configuration classe. Trois solutions technologiques hétérogènes adoptées en fonction des parcours personnels, des affinités, de la maîtrise de l’outil :

  1. Une plateforme sous solution épicemed pour des BTS MUC (management des unités commerciales) mise en place par Alain Dugied. C’est une plateforme « gratuite » à la disposition des enseignants qui offre un kit de solutions numériques aux fonctionnalités pédagogiques ;
  2. Un blog pour l’enseignement du droit et de l’économie  en première et terminale  et un blog pour l’enseignement en seconde PFEG ;
  3. Un site conçu sous solution spip pour l’enseignement en BTS comptabilité et gestion des organisations (C.G.O).

Des solutions technologiques hétérogènes, au final là n’est pas l’essentiel de cette réunion. Ce sont bien les stratégies développées par les enseignants qui ont retenu mon attention, bien au-delà de la qualité du codage qui sous tend la solution. Les différentes interventions ont toutes convergées vers des objectifs communs, des intentions pédagogiques identiques. Tentons de les lister :

  • Les espaces numériques imposent une réflexion sur la gestion de l’information. Dans les trois cas présentés les enseignants se sont interrogés sur la pertinence de la gestion de l’information. Il est nécessaire que l

    Eric Guiraut

    es élèves puissent se repérer dans la masse des informations mises en ligne. Les intitulés diffèrent (rubriquage, tags, salle) mais l’objectif est identique déployer une stratégie organisationnelle. Une question très intéressante a été posée à Eric Guiraut suite à son exposé : »Pourquoi appelles tu cet outil un blog ?« . Effectivement le travail d’Eric s’éloigne de la trame classique du blog. Il n’a pas choisi l’organisation chronologique des blogs mais a décidé de maîtriser la gestion de ses informations. Il n’est plus dans une pratique ou la machine lui dicte un processus technique mais bien dans une démarche réfléchie avec comme épicentre sa réflexion, sa démarche construite. La structure du blog s’en trouve infléchit,  il entre réellement dans une démarche pédagogique.

  • La question du temps – Les intervenants s’accordaient pour dire que le temps numérique est différent du temps non numérique. D’avis commun la conception prend du temps mais selon Eric Guiraut si l’on sait abandonner la culture papier on peut gagner du temps en n’utilisant que le numérique. Éric précise que le risque est de procéder par empilement le numérique et la papier pour traiter du même sujet. Marie – Aline Gavand estime avoir gagné du temps au début mais consacre à l’heure actuelle un temps important à la mise à jour (2 heures tous les vendredis).
  • La question du travail des élèves – Cette thématique est très peu abordée dans les nombreuses réunions auxquelles je participe, elle m’est apparue d’autant plus importante. L’efficacité du numérique doit être mise en relation avec le désir, l’envie de travail et l’envie d’apprendre des élèves. Quelle est la marge de manœuvre des l’enseignant face à des attitudes rétives à l’effort, à une forme de prise de distance par rapport au travail ? Ce que le livre ne permettait pas, le numérique le favorisera t-il ?
  • Dans et hors la classe – Le numérique pose la question de l’apprentissage dans la classe (utilise t-on l’outil dans la classe ?) et l’apprentissage hors la classe. La solution EPICE d’Alain Dugied intègre une solution de webconférence

    Marie - Aline Gavand

    qui pourrait permettre de convier des spécialistes dans la classe via les webcams. Eric Guiraut utilise Etherpad (solution google) pour faire collaborer ses élèves en ligne. L’objet de la réunion était lui aussi centré sur ce besoin de collaborer à distance sur une problématique. Permettre aux enseignants du lycée Pardé de travailler avec les enseignants du lycée Carriat.

  • L’individualisation – La réponse à la question ci-dessus pourrait être le défaitisme, la résignation. La force des enseignants est la foi en le métier. Un point a été évoqué dans les trois présentations, la possibilité de gérer une forme d’individualisation des enseignements.Les solutions numériques. Là encore chaque proposition prend en compte les questions d’individualisation.
  • La veille informationnelle – Les trois présentations ont insisté sur la possibilité d’organiser une veille presse. La puissance du web permet d’organiser des revues de presse dans le but de favoriser l’acte de lecture et de suivi de l’actualité économique, juridique, marketing …
  • Acquérir des compétences – L’instrumentation du numérique ne se résume pas simplement à une transmission autre des connaissances. C’est aussi un moyen de transmettre des compétences aux élèves, des compétences numériques. Nos élèves vont intégrer des entreprises qui utilisent massivement le numérique, l’acte pédagogique les arme pour la vie professionnelle. Pour ceux qui continuent vers la filière supérieure, les universités de Lyon sont largement impliquées dans une démarche de e.pédagogie via la plateforme spiral-connect ou de l’enseignement via les mondes virtuels comme la FDV de Lyon 3

Voici en quelques lignes mes impressions sur cette réunion que je qualifierais d’extrêmement riche. Des questions restent en suspend parce que nous avons manqué de temps pour les aborder :

  • Comment expliquer aux élèves les enjeux de ces méthodes ? ;
  • L’utilisation des solutions numériques sont-elles en plus des enseignements (caractère facultatif) ou sont -elles totalement intégrées (caractère obligatoire) ;
  • Quelle est la place du numérique dans la classe et  hors la classe ? ;
  • Comment gérer la dimension multimodale ? intégrer le texte, l’image, le son et la vidéo dans les apprentissages ;
  • Le numérique doit-il faire l’objet de validation ?

Je ne doute pas que mes collègues auront à cœur de rédiger un bilan de leur expérience dans un futur billet . La vision croisée des enseignants du LP et des enseignants du LEGT serait idéale à fin de mutualisation 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :