Opérabis N° 2 Les noces de Figaro

7 Jan

Le jeudi 06 janvier 2001 se tenait le second spectacle de l’opéra de Rennes retransmis en simultané, à la fois IRL (in the real life) dans les bâtiments de l’opéra  et inworld dans second life et dans opensims. Le spectacle donné était les noces de Figaro de Mozart. L’infrastructure technologique était fournie par le Crea (centre de ressources et d’études audiovisuelles) et l’opéra de Rennes. Les partenaires sont la ville de Rennes, l’opéra de Rennes, le ministère de la culture et de la communication, Francogrid, Vidéon TV, artesi ile de France, le CREA et orange.

Cette expérience est riche pour l’analyse  du  fonctionnement des mondes virtuels. Quel que soit le monde virtuel et le sujet abordé, on constate qu’il y a des points convergeants. Je vais essayer de lister les invariants que j’ai isolé pendant cette merveilleuse soirée : (je continue l’analyse engagée lors du premier opéra notamment sur la notion d’invariants)

  • L’utilisation des mondes virtuels reste encore un évènement, ce sont les qualificatifs « nouveaux« , « réelle innovation, première mondiale » (France 3 Bretagne JT 12-13 du 07/01/2011  à partir de la 7 minute 30) . Le monde virtuel reste encore largement au stade de l’expérience. Il reste un chemin important pour passer de l’expérimentation à la généralisation. Je suis persuadé que l’expérience opérabis est une pierre qui structure la fondation de cet édifice pédagogique ;
  • Le travail en monde virtuel reste encore largement tributaire de la capacité des « tuyaux« . Il serait très intéressant d’avoir une étude a postériori sur l’équipement des participants à Opérabis, sur la fluidité (ou non) de la réception des flux et du lien entre l’équipement et la qualité d’écoute ;
  • La formation des utilisateurs. Conformément aux attentes, des participants ont demandé de l’aide pour caler leur système. Le réseau des bénévoles a permis rapidement d’aider les avatars en difficulté via l’IM. J’ai aidé des avatars à obtenir le son, à supprimer le bruit de fond parasite des claviers, pour pouvoir se concentrer sur l’essentiel, la magie de la musique de Mozart. Au delà de cet aspect factuel, les mondes virtuels imposent de former les utilisateurs, dès lors que l’on dépasse la communauté des geeks. Une question se pose : Comment aider à la formation (autoformation) des internautes qui souhaitent s’immerger sans pour autant avoir une forte culture numérique ? ;
  • Opérabis c’est l’opéra, puis c’est l’après opéra où il est possible de dialoguer. On retrouve ici les invariants cognitifs, comment communiquer de façon fluide (j’ai le même type de problématique en formation). La communication orale demande une discipline qui n’existe pas IRL. Il faut penser à ouvrir et couper son micro selon sa position dans le dialogue (je parle, j’ouvre mon micro- j’écoute, je coupe mon micro). Bien que me classant dans la catégorie des habitués, j’ai oublié de couper mon micro, ce qui a perturbé les discussions. Fluidité du dialogue rime avec discipline technologique. Mon avatar a été interrogé par l’avatar  du journaliste de France 3 Bretagne, Compte tenu de l’effet larsen, je ne suis pas sûr de la bonne qualité du dialogue (j’avais un très important effet retour) et j’ai plus le sentiment d’avoir hurlé et annoné  que de m’être exprimé avec simplicité 😦 (le commentaire de Stéphane Grammont ci-dessous confirme mon propos)
  • Les relations humaines dans les mondes virtuels recomposent le rapport à autrui. Le monde IRL est basé sur un ensemble de codes acquis depuis la petite enfance et très généralement acceptés par tous. Le virtuel déconstruit et recompose les relations. En situation immersive on peut donner libre cours à sa fantaisie. Quid de la confrontation réel /virtuel quand une belle amazone nous donne à contempler les charmes d’une gorge généreuse ? Les deux mondes doivent apprendre à se côtoyer, quelles sont les règles sociales à adopter inworld ? La déconstruction est-elle la norme dans les mondes virtuels ou bien doit-on importer les us et coutumes de la vie réelle, dans la vie virtuelle ? Un ensemble de questions importantes à intégrer dans nos réflexions.
  • Une perturbation du temps car les mondes virtuels fonctionnent H 24. La représentation de l’opéra avait lieu à 20 heures « l‘heure ou les français dinent » – Hugues Aubin. Cette métaphore gastronomique donne la dimension des enjeux des mondes virtuels qui sont en capacité non seulement d’abolir la notion de temps mais aussi celle d’espace. De nombreux avatars représentaient des internautes d’autres pays.

Cette soirée, outre l’évènement culturel majeur, a été un terrain de travail privilégié car il contribue a démocratiser les mondes virtuels, à les rendre visibles auprès du grand public et des médias. Le journaliste de France 3 (@curtillet Trezuguet) est venu réaliser des interviews inworld 🙂

J’ai conservé des traces de cette soirée pour alimenter mes réflexions sur les stratégies d’insertion des mondes virtuels dans divers dispositifs sociaux (enseignement, culture …).

Un montage vidéo. La qualité de cette vidéo est plus que moyenne, elle ne donne pas une idée juste du niveau de performance de cette soirée. Il m’est difficile d’assurer en même temps les captations vidéos, photos, la structure  s’en ressent assurément 😦 Elle témoigne cependant d’un grand moment d’émotion et de culture partagées via les réseaux. J’ai choisi d’assister à l’opéra dans le monde second life parce que ce monde me paraissait plus utile en terme d’observation (la Francogrid est plus un lieu de geeks, donc moins significatif en terme d’usage, de mon point de vue).

L’analyse de cette soirée par opérabis

Un ensemble de photos prises aux différentes étapes de cette belle aventure, des essais techniques à la générale. Le diaporama  (cliquez sur Fullscreen)

 

Billets rédigés sur cette soirée  :

  • Dans les coulisses des noces de Figaro – ici

qrcode

Publicités

6 Réponses to “Opérabis N° 2 Les noces de Figaro”

  1. merzak 8 janvier, 2011 à 12:57 #

    je pense que lemonde virtuel utilise bien nos neuropiles .vu la construction et la descontruction qui se fait .et qui montrent que certains maladies peuvent se guerrir.
    je me rappelle d’une experience je crois dans une université americaine d’un patient qui avait une seule main qui avait des douleurs .il fallait qui avalait beaucoup de medicaments.mais quand on lui experimenté une façon de voir sa main avec mirroir .le patient a pu sentir qu’il avait moins de douleur et cela à cause des neuropiles enfin..
    cordialement

  2. stéphane grammont 8 janvier, 2011 à 4:24 #

    Bonjour Jean-Paul,
    pour info tu auras les vidéos avec en bonus l’ITW d’@hugobiwan et d’Alain Surrans in extenso, plus un extrait de musique (réel/virtuel)+ mon précédent sujet sur le vernissage de @geoffroydorme à la biblio, à cette adresse:http://bretagne.france3.fr/info/rennes-l-operabis-seduit-les-mondes-virtuels-66709844.html

    Je n’ai pas pu mettre l’ITW inworld que nous avons fait car effectivement la qualité du son, le côté « bizarre » de l’élocution et le fait que dans la bataille nous n’enregistrions pas mes questions car j’étais sur une autre machine. Je t’enverrai le résultat dans les rushes pour que tu te rends comptes, c’est assez interessant à étudier de plus près (spontanéité, canal de communication necessaire à l’interview remis en question, désincarnation des interlocuteurs alors qu’on essaie de filmer une conversation spontanée).

    Ton billet m’a très interessé car cela rejoint mon expérience immédiate: cf mon « plateau » en direct dans le JT avec un avatr figé comme s’il avait croisé la mort!! –>manipulation de la camera trop délicate pour moi!
    @stefsg

    • Jean-Paul Moiraud 16 janvier, 2011 à 8:28 #

      Bonjour Stéphane,

      Je reviens sur l’aspect communicant (ou pas) de l’avatar. Je viens de réaliser un teasing pour une future conférence en ligne. Mon avatar n’est pas raide comme un piquet, il me semble qu’il a un petit côté communicant 🙂 En l’absence d’effet larsen, il me semble que je m’exprime de façon normale 😉

      Tu peux voir la vidéo ici https://moiraudjp.wordpress.com/2011/01/15/monde-virtuel-connections-trans-etablissements/

      cordialement

      jpm

  3. Jean-Paul Moiraud 8 janvier, 2011 à 8:10 #

    Bonjour Stéphane,

    Merci pour tes commentaires. J’avais déjà visionné tes vidéos sur le site de France 3 et elles sont enthousiasmantes. Elles sont une excellente base pour une introduction aux mondes virtuels.

    Au final je suis plutôt content que l’ITW ne soit pas en ligne parce que les conditions techniques n’étaient pas réunies pour un résultat satisfaisant et en même temps je suis déçu que nous n’ayons pu aboutir.

    Je veux bien voir les rush de l’ITW inworld, cela me permettra de constater les dégats 😉 mais surtout d’argumenter mes analyses sur les invariants.

    J’ai vu aussi ton avatar dans le reportage du 12 / 13, certes l’avatar est un peu rigide 🙂 mais les commentaires sont extrêmement pertinents, ils résument parfaitement le contexte et les enjeux des mondes virtuels, notamment pour le domaine de l’éducation.

    Si tu es intéressé je vais bientôt organiser une conférence dans un monde virtuel nommé Assemblive. Le thème sera la gestion des diaporamas. Cette conférence sera organisée avec un professeur de philo basé en Belgique, les étudiants d’un prof situé dans la région de Metz et mes étudiants de Lyon.

    Cordialement

    jpm @dsaat @moiraud

  4. Roger Folliard / Coulaut 9 janvier, 2011 à 7:30 #

    Bonjour Jean Paul et Stéphane,
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’article de Jean Paul,les images de Stéphane et vos commentaires.
    Il est incontestable que nous sommes dans le domaine du prototype et que les diverses contraintes techniques exposées dans l’article sont une grande limitation pour offrir un spectacle de qualité.
    Mais depuis sa création, la Bibliothèque Francophone du Métavers et son équipe poursuit le but de faire se rencontrer avatars et personnes réelles au travers d’évènements de réalités mixtes divers et variés. Le projet Opérabis n’en est que le dernier rejeton à ce jour, avec une potentialisation marquée des difficultés techniques à résoudre pour se mettre au niveau de professionnels de la qualité des équipes de l’Opéra de Rennes et du Créa de l’université de Rennes.
    Cependant, sans doute parce que c’est la marque de fabrique de la Biblio comme de quelques autres dans les mondes virtuels (Tournicoton Art Gallery sur SL, l’équipe de la Francogrid sur Opensim,…),je suis toujours étonné et surpris de voir la satisfaction globale des avatars suite à de tels évènements.Ce n’est pas tant la perfection technique fournie que la qualité des échanges entre les avatars et le monde réel, cette proximité qui s’établit entre les avatars, entre eux bien sur, mais aussi entre les mondes virtuels et le réel qui permet des raccourcis heureux et profitables entre les participants avatars, techniciens et artistes pendant et après la soirée.
    Nous sommes bien conscient qu’un tel spectacle avec de tels moyens techniques donné au moyen de supports traditionnel n’aurait aucun sens, il faut pour le moins l’immersivité du média, la proximité des uns et des autres, le dévouement des équipes d’accueil et la bonne volonté et l’entraide de tous pour avoir une chance de réussite.
    Aussi Stéphane laisse moi te dire bravo et merci de nous avoir donner un remarquable reportage avec des moyens qui ne sont pas de la qualité habituelle des grands médias. 🙂
    Et à toi aussi Jean Paul pour ton aide précieuse lors des tests avec Hugues et de cet article enrichissant et très riche
    Pour conclure, au sortir de cette soirée fertile en problèmes face à une technique trop rebelle, j’ai vécu un grand moment de partage avec tous …en compagnie de Mozart(ne l’oublions pas)

  5. Jean-Paul Moiraud 9 janvier, 2011 à 7:59 #

    Bonjour Roger,

    Merci pour ton commentaire. Inutile de te préciser que j’attends avec impatience le prochain opéra, Donizetti était une belle découverte des potentialités culturelles de SL, Mozart un enchantement.

    Le travail de la biblio me permet à chaque fois de mieux comprendre les enjeux de mon métier de pédago, les tenants et les aboutissants du travail en immersion. Sur les questions techniques dans mon billet Je dis « capacité des tuyaux » j’entends par là, non pas la régie technique, mais bien l’équipement des internautes. En ce qui me concerne j’ai un I.mac et la fibre et j’ai eu une réception impeccable. La variable équipement qui se situe en bout de chaine est de mon point de vue une variable difficilement maîtrisable.

    Pour tout dire je suis admiratif de votre capacité à engager des défis et à aboutir.

    Cordialement 🙂

    jpm

    jpm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :