Virtuel mais …

23 Juil

La lecture de nombreux billets sur les  mondes virtuels, la mise en place d’un site de curation sur la pédagogie en monde virtuel, le suivi quotidien de ma timeline sur twitter m’amènent à rédiger un billet de cadrage conceptuel. Le terme virtuel est utilisé fréquemment et je constate que des confusions émergent. Monde virtuel, classe virtuelle, bureau virtuel, espace virtuel, tout semble virtuel dès que le numérique est convoqué… Je propose de mettre en ligne quelques définitions pour baliser le terrain conceptuel.

Étymologie du mot virtuel

Dérivé du Latin Virtus la force

Étymol. et Hist. A. 1. a) 1477-81 philos. « relatif à une faculté de l’âme » (Le Somme abregiet de theologie, éd. Chr. Michler, p. 136: [l’âme connaît Dieu] par intelligence, c’est a dire par icelle excellence virtuele); b) 1760 subst. (Bonnet, Essai analytique sur les facultés de l’âme, chap. 15, p. 169: le virtuel de ces Effets); 2. 1526 « qui a de la vertu, de la puissance » (J. Bouchet, Opuscules du Traverseur, sign. F 7 vo ds Gdf. Compl.: par acte virtuel). B. 1. 1480 méd. « qui n’est qu’en puissance » (Le Regime pour conserver et garder la santé du corps humain, éd. P. Willett Cummins, 45 ro: chaleur victuale [sic] (du vin)); 1534 (Le Guidon en françoys, 200a ds Rom. Forsch. t. 32, p. 182: chaleur actuelle […] chaleur virtuelle et potentialle [attest. non retrouvée ds l’éd. de 1503]); 2. a) 1717 mécan. vitesses virtuelles (J. Bernoulli, let., 26 janv., citée in P. Varignon, Nouv. mécanique ou statique, t. 1, 175 ds Quem. DDL t. 41); 1799 principe des vitesses virtuelles (P. S. Laplace, Traité de mécanique céleste, t. 1, p. 41); 1740 force virtuelle (Marquise du Châtelet, Institutions de phys., p. 399 ds Quem. DDL t. 41, s.v. force morte: ces mots de Force morte, ou Force virtuelle, et de Force vive); 1858 moment virtuel (Chesn.); 1873 travail virtuel (Littré); b) 1964 travail virtuel « somme des travaux élémentaires accomplis par les forces appliquées à un système de solides soumis à des déplacements fictifs ou virtuels » (Rob.); 3. 1757 opt. foyer virtuel (Encyclop., s.v. foyer); 1859 image virtuelle (L’Année sc. et industr., 3e année, t. 1, p. 99: chacune de ces images, virtuelles pour ainsi dire, est vue par chacun des deux yeux de l’observateur); 1872 image virtuelle (Littré Add., s.v. image); 1964 point virtuel (Rob.); 1964 objet virtuel (Lar. encyclop.); 4. 1963 phys. atom. (L. de Broglie, Bases interprét. mécan. ondul., p. 2: échange de photons virtuels); 1964 état, niveau virtuel d’un noyau; processus virtuel de l’émission d’une particule (Rob.); 1964 quantum virtuel (Nucl.); 5. 1972 informat. mémoire virtuelle (M. Ginguay, Dict. d’informat. fr.-angl., Paris, Masson, s.v. mémoire). Empr. au lat. médiév. et scolast. virtualis « virtuel, potentiel » (mil. xiie s., Isaac de L’Étoile, De anima ds Blaise Latin. Med. Aev.; xiiie s. ds Thomas-Lexikon 1895), dér. du lat. class. virtus (vertu*). En angl. virtual est att. dès 1398 sous la forme vertual (ds NED); en opt. 1704 virtual focus, 1831 virtual image (ibid.); en phys. atom. 1931 virtual level (ds NED Suppl.2) et en informat. 1959 virtual memory (ibid.). Source http://www.cnrtl.fr/

– VIRTUEL, adj. GDC : virtuel ; FEW XIV, 518b : virtus] « Qui n’est qu’en puissance » –  Source Dictionnaire du moyen français

Monde virtuel

Un monde virtuel est un monde créé artificiellement par un logiciel informatique et pouvant héberger une communauté d’utilisateurs présents sous forme d’avatars ayant la capacité de s’y déplacer et d’y interagir 1. La représentation de ce monde et de ses habitants est en deux ou en trois dimensions.Ce monde peut simuler le monde réel, avec ses lois physiques telles que la gravité, le temps, le climat, la géographie ou tout au contraire être régie par d’autres. Les lois humaines peuvent également être reproduites. La communication entre les utilisateurs se fait le plus souvent sous forme de texte (ou audio). Source Wikipédia

Environnement 3D pour l’enseignement et l’apprentissage

« Les environnements virtuels en trois dimensions (3D) (voir également les pages Environnement interactif 3D et Virtual environment) sont caractérisés dans la littérature (notamment par Roussou, 2004) par deux éléments indissociables : l’immersion dans un monde, (ou réalité virtuelle) et l’interaction avec des objets 3D modélisés (objets d’apprentissage, avatars). D’autres auteurs (Dillenbourg, Schneider & Synteta, 2002), insistent également sur la composante sociale et collaborative de tels environnements (“Educational interactions occur in the environment, turning spaces into places”, et la diversification technologique et pédagogique qui les caractérisent (“Virtual space is a space for innovation” […] : “For teachers, a virtual space is an open space, a space where they can try new approaches.”). Harms (2000) précise encore : “Virtual reality incorporates characteristics that lend it significant potential : immersion, presence, direct engagement (user involvement), immediate visual feedback, autonomy and interactivity.” Dans la littérature, on retrouve plusieurs termes dont le sens est proche : réalité virtuelle (immersion sensorielle dans un monde numérique), environnement virtuel (synonyme de réalité virtuelle, environnement permettant à des utilisateurs de réaliser des tâches dans un lieu virtuel) et enfin espace virtuel (lieu de la réalité virtuelle, organisé spatialement et métaphoriquement), (Ott, 1999). Dans cette petite contribution, nous nous intéresserons plus particulièrement au potentiel d’utilisation des environnements virtuels 3D pour l’enseignement et l’apprentissage des sciences.  » Source Edutechwiki

Communauté virtuelle

« Une communauté virtuelle est un groupe de personnes qui communiquent par l’intermédiaire de courriels, internet, courrier, téléphone, pour des raisons professionnelles, sociales, éducatives ou autres. Le mot virtuel est employé pour signifier qu’il ne s’agit pas de communication face à face.

Le terme ‘communauté virtuelle’ (virtual community) est attribué au livre du même nom, publié en 1993 et écrit par Howard Rheingold.

Certaines communautés sont purement virtuelles, d’autres se prolongent dans la réalité : le Web permet de gérer des plannings, organiser des réunions, passer des informations.

La relation entre un individu et la Communauté Virtuelle évolue : il commence par être un badaud (observateur ou lurker), puis il devient un novice (il commence à participer), ensuite il devient un habitué, après il sera peut-être un leader, il finira en étant un senior (qui se désintéresse peu à peu) 1,2.

Exemples de communautés liées au Web : Usenet, sites de messagerie, Wikipedia, MySpace, Second Life… » – Source wikipédia

« Dillengbourg & al., (2003, p. 11) sont de l’avis que cet adjectif « virtuelle » est souvent maladroitement adjoint au terme communauté. En fait, cet adjectif se réfère plutôt à un « mode de communication » de la communauté. Ces chercheurs confirment que les communautés virtuelles sont bien réelles. Il s’agit alors d’un contexte dans lequel se déroulent des interactions, émotionnellement chargées, entre des personnes humaines, qui adaptent leurs modes d’interaction à ce contexte. Or, le terme « virtuel » indique simplement qu’une partie importante des communications reposent sur des outils de communication électronique.
Le terme de communauté virtuelle est apparu pour la première fois dans l’ouvrage de Howard Rheingold, Les communautés virtuelles, en 1995« . Source Edutech wiki

Classe virtuelle

La classe virtuelle permet de réunir en temps réel sur Internet, ou un autre réseau informatique, des participants et un formateur qui peuvent notamment, discuter, se voir, visionner des documents, des vidéos, réaliser des quizz, partager leur écran. Ainsi, la classe virtuelle recrée à distance les conditions d’une formation en salle traditionnelle. Grâce à ses outils interactifs et pédagogiques, elle permet d’organiser des formations à distance aussi efficaces que celles réalisées sur le terrain. Wikipédia

La classe virtuelle désigne la simulation d’une classe réelle. La diffusion du cours se fait à l’aide d’une solution réseau, à une date et une heure précise (synchrone) auprès d’apprenants éloignés géographiquement. Cet environnement intègre des outils reproduisant à distance les interactions d’une salle de classe – Educnet

Bureau Virtuel

« Définition
Un espace numérique de travail (ENT) est un portail internet éducatif permettant à chaque membre de la communauté éducative d’un établissement scolaire, d’accéder, via un point d’entrée unique et sécurisé, à un bouquet de services numériques en relation avec ses activités.

Caractéristiques
L’ENT permet d’offrir à chacun des acteurs du système éducatif et notamment aux élèves,  aux enseignants et aux parents un accès simple à travers les réseaux à l’ensemble des services numériques en rapport avec son activité (par exemple : gestion ou consultation des absences, des notes, du cahier de texte de la classe ; diffusion et consultation de support de cours, de devoirs ; travail collaboratif, accès à des ressources ou des manuels numériques…).

Tout utilisateur peut ainsi, où qu’il soit, à partir d’un simple accès internet, retrouver son environnement de travail habituel, ses documents, ses ressources, communiquer avec son entourage, collaborer avec ses pairs, accéder à des services en ligne spécifiques. C’est particulièrement important pour l’élève qui peut ainsi, depuis tout lieu connecté à Internet (de son domicile, d’un Espace Public Numérique, de l’entreprise où il effectue son stage, de l’hôpital, …) entrer en communication avec ses interlocuteurs et poursuivre son activité en disposant de l’ensemble de ses ressources. Jean-Michel Leclercq , chef de projet ENT SDTICE (sous-direction des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation)

Quel terme employer ?
Un espace numérique est aussi appelé communément :
cartable numérique ou bureau virtuel ou environnement numérique de travail.
On recommandera cependant l’appellation « espace numérique de travail » ou « ENT ». » –  Source Educnet

Espace virtuel

Tout lieu physique possède désormais une ombre informationnelle” Nicolas Nova – CITIC numérique et espace urbain – Millénaire 3

Cyberspace

– Cybernétique 1834, Ampère, D’apr. L., au sens politique ; spécialisé au XXè s. : gr Kubernan; gouverner. Cybernéticien XXe s.

cyber, abrev de l’angl cybernetics cyberspace 1995, anglo améri. Cyberspace, de space, espace – Source Dictionnaire Etymologiquebet historique du Français – Larousse

– « Cyberspace : mot d’origine américaine, employé pour la première fois par l’écrivain de science fiction William Gibson en 1984 dans le roman Neuromancien. Le cysberspace y désigne l’univers des réseaux numériques comme lieu de rencontre et d’aventures, enjeu de conflits mondiaux, nouvelle frontière économique et culturelle. Il existe aujourd’hui dans le monde un foisonnement de courants littéraires, musicaux artistiques, voire politique se réclamant de la cyberculture »

Le cyberspace désigne moins des nouveaux supports de l’information que les modes originaux de création, de navigation dans la connaissance et de la relation sociale qu’ils permettent. Pour mémoire, on citera dans le désordre d’une liste hétéroclite et non close : l’hypertexte, le multimédia interactif, les jeux vidéos, la simulation, la réalité virtuelle, la téléprésence, la réalité augmentée (l’environnement physique est truffé de capteurs, de modules intelligents et communicants à votre service), les collecticiels (instruments d’aides à la coopération), les programmes neuro mimétiques, la vie artificielle, le systèmes experts, etc. Tous ces dispositifs trouvent leur unité dans l’exploitation du caractère moléculaire de l’information numérisée. Divers modes d’hybridation entre ces techniques et les médias classiques (téléphone, cinéma, télévision, livres, journaux et musées) sont à prévoir dans les années à venir. Le cyberspace constitue un champ vaste, ouvert, encore partiellement indéterminé, qu’il ne faut pas réduire à une seule de ses composantes. Il a vocation à interconnecter et interfacer tous les dispositifs de création, d’enregistrement, de communication et de stimulation. » Sourec Pierre Lévy l’intelligence collective – Pour une anthropologie du cyberspace – Éditions de la découverte – 1994

Mémoire virtuelle

« Espace du disque dur interne d’un ordinateur qui vient seconder la mémoire vive, Elle se concrétise par un fichier d’échanges (fichier swap), lequel contient les données non sollicités constamment. La mémoire virtuelle, comme son nom l’indique, sert à augmenter artificiellement la mémoire vive. Elle est aussi moins performante. » Source Futura techno

Virtualité

Marcello Vitalo Rosatti, philosophe donne la définition suivante dans un article intitulé « La virtualité d’Internet » sur le site Sens Public – Article du 16 avril 2009

« 1. Le virtuel est ce qui a un principe de mouvement conduisant à la production de quelque chose de nouveau : c’est ce qui ressort de la définition aristotelicienne de dunaton et qui reste présent dans l’emploi scolastique du terme virtualis. Cet aspect est d’ailleurs présent dans l’idée de virtuel par rapport aux nouvelles technologies car le virtuel est toujours pensé comme une force qui pousse vers la production d’un actuel différent du virtuel duquel il provient.

2. Le virtuel est extérieur à ce dont il est virtualité et il reste virtuel après l’actualisation : l’actuel n’est jamais une cristallisation du virtuel : ce dernier est donc la force qui permet sa production mais il reste toujours là en tant que force, même après le passage à l’acte.

3. Sa caractéristique première est la multiplication de ce qui dans l’actuel a une fonction unique car un élément virtuel a en soi des fonctions multiples qui ne peuvent pas être réduites à l’unité : c’est l’idée qui naît chez Deleuze avec des implications strictement philosophiques mais qui s’adapte bien au virtuel des nouveaux médias comme on le voit dans la définition de Lévy et dans l’idée d’interactivité et multimédialité de Ventimiglia.

4. Après le passage à l’acte, le virtuel conserve sa multiplicité : le virtuel ne s’épuise pas dans une actualisation ; la capacité de l’architecte de bâtir des maisons est toujours présente comme force de production de multiplicité après la construction d’une maison. Ainsi l’ouverture impliquée par la virtualisation reste-t-elle identique lorsqu’un actuel est produit. »

Advertisements

3 Réponses to “Virtuel mais …”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Virtuel mais … | Les mondes virtuels en pédagogie | Scoop.it - 23 juillet, 2011

    […] Virtuel mais … Source: moiraudjp.wordpress.com […]

  2. Virtuel mais … | Les mondes virtuels en pédagogie - un blog pour ... | epedagogie | Scoop.it - 28 juillet, 2011

    […] Virtuel mais … | Les mondes virtuels en pédagogie – un blog pour … La lecture de nombreux billets sur les mondes virtuels, la mise en place d’un site de curation sur la pédagogie en monde virtuel, le suivi quotidien de ma timeline sur twitter m’amènent à rédiger un billet de cadrage conceptuel. Le terme virtuel est utilisé fréquemment et je constate que des confusions émergent. Monde virtuel, classe virtuelle, bureau virtuel, espace virtuel … Je propose de mettre en ligne quelques définitions pour baliser le terrain conceptuel. Source: moiraudjp.wordpress.com […]

  3. Mobilité des corps ou mobilité dans les espaces | - 16 novembre, 2016

    […] [2] Virtuel mais … https://moiraudjp.wordpress.com/2011/07/23/virtuel-mais/ […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :