Scénario industriel

30 Sep

Je me demande toujours, même après 25 ans d’enseignement, si mes étudiants ne me prennent pas pour un fada lorsque je leurs présente mes visions et mes pratiques pédagogiques. Je constate parfois des résistances, des refus d’aller dans la direction que je tente d’indiquer.

Ainsi lorsque je ne suis pas en cours j’essaye d’imaginer les arguments qui pourraient faire mouche pour expliquer que nous sommes entrés dans un nouveau monde industriel (1). Alors j’imagine des scénarios où le design et la gestion dialoguent harmonieusement hors la pensée en silo…

 Camille  jeune designer du futur  vient de lancer sa collection de prêt à porter homme. À partir de son analyse conceptuelle, sa veille elle a créé sa collection sur son logiciel de CAO / DAO 3D. À partir de ce logiciel il lui a été possible d’agencer les éléments du patronage, d’habiller un mannequin virtuel pour la boutique en ligne et la cabine d’essayage virtuelle. Depuis la grande crise du pétrole amorcée au début du 21ème siècle, les transports sont devenus très onéreux, les grands équilibres économiques ont été redistribués. Bien que gourmands en énergie, les serveurs sont beaucoup plus économes que la quantité de flux terrestres, maritimes et aériens (on a depuis redécouvert les avantages de la marine à voile).

Camille distribue donc sa collection sous forme de fichiers achetables. Tous les foyers sont équipés du très haut débit (même dans les campagnes les plus lointaines et les agréables banlieues de la région parisienne) ce qui lui permet de vendre des fichiers très volumineux. Sa collection est composée de 30 fichiers correspondant aux 30 pièces de sa collection. Ses clients équipés d’imprimantes 3D sont en capacité d’imprimer à domicile de nombreux objets achetés, depuis quelques années les chimistes ont même inventé des matières imprimables fluides. Ce modèle a mis un frein à l’effervescence consumériste des années 2000 en autorégulant la consommation des ménages.

Les imprimantes 3D des particuliers sont performantes mais ne permettent pas encore de réaliser des structures complètes, c’est pourquoi dans chaque quartier un camion usine passe régulièrement et met à disposition (moyennant finance) une centrale d’impression. Chaque individu peut, à partir de son cloud, télécharger ses fichiers et imprimer ses produits.

En parallèle à l’économie marchande s’est développé une économie du partage. Camille en complément de sa formation intiale, s’autoforme grâce à un MOOC sur l’histoire du design. Une communauté de designers met en ligne des fichiers en mode open source. Il est ainsi possible de charger et de réaliser toute une somme d’objets nécessaires à la vie courante sans passer par les réseaux commerciaux des grands groupes mondialisés. Les deux modèles  se côtoient au lieu de s’opposer. Loin le temps où les étudiants craignaient de mettre en ligne leurs productions sur internet. Ils ont intégré l’idée que la publication des projets en ligne est le meilleur moyen d’être repéré par des futurs employeurs, que le meilleur CV est la capacité à montrer ses compétences  professionnelles. Les passages de l’économie libre à l’économie marchande s’opèrent de façon très fluide.

Bien sûr cette (r)évolution ne s’est pas opérée sans modification, des métiers ont disparu, des intermédiaires de la chaine de conception ont été balayés par ce modèle. Le collectif des dentistes hackeurs ont mis à disposition un réseau de fabrication de prothèses dentaires. Les imprimantes 3D permettent d’imprimer des dents en céramique pour un coût très faible et à des conditions scientifiques que l’académie a validé. Le soin dentaire a porté de tous est devenu une réalité.

Voila quelques pistes lancées par un doux rêveur qui pense que le rapport entre l’homme et la machine peut être vertueux. Les jeunes que nous formons auront à imaginer, à créer ce monde nouveau qui se profile. L’école est le lieu idéal pour prendre le temps de penser les nouveaux enjeux, cela passe par une posture réflexive nécessaire, mobilisant l’ensemble des savoirs accumulés.

Étudiants au travail 🙂 Soyez audacieux imaginez votre futur !

Après avoir rédigé ce billet, j’ai vu cette vidéo, interview d’un designer qui va dans le sens de mon scénario.


—————

(1) les entretiens du nouveau monde industriel http://www.iri.centrepompidou.fr/non-classe/entretiens-du-nouveau-monde-industriel/

Publicités

3 Réponses to “Scénario industriel”

  1. jeanbaptistemartin5 28 août, 2014 à 10:01 #

    Toujours aussi intéressant,
    On pourrait situer cette fiction dans un futur proche, il est pourtant encore difficile de trouver des formations textiles qui comprennent ces nouveau enjeux. On a l’impression que cela bloque d’un point de vue technique et idéologique alors que de nouveaux marchés s’ouvrent.
    A quand des fablabs intégrés dans l’école? des cours de 3d? de programmation…
    merci pour ces reflexions.

    • Jean-Paul Moiraud 28 août, 2014 à 4:55 #

      Bonjour Baptiste,

      Je remercie pour ton commentaire. Ce scénario est actuel me semble t-il inscrit dans le présent. Il faut que les enseignants s’en saisissent, fassent des propositions. Je crois effectivement qu’il y a des pesanteurs qui tiennent de mon point de vue à une confusion. Les enseignements tendent (de façon consciente ou insconsciente) à dissocier la main de l’esprit. Le penser, la conceptualisation étant inscrits dans les sphères nobles, le faire, relégué comme acte subalterne.

      Il y a une forme de verticalité des processus créatifs qui nuit au développement des fab lab parce qu’ils mettent à mal des postures intellectuelles bien assises. Il faudrait passer de la construction intellectuelle séquencée ã l’élaboration réticulaire.

      Je te livre ici un ressenti assis sur mon expérience d’enseignement, on ne peut donc l’exposer comme un principe. Je te livre ici quelques pistes de réflexion d’un pédagogue.

      Lorsque le paradigme de la pensée évolue (ici on peut peut parler de révolution, j’ose citer Rifkin) il est normal qu’il y ait des résistances.

      Bien amicalement

      Jpm

Trackbacks/Pingbacks

  1. Scénario industriel par J.P. Moiraud | Entreprise 1.0 -> 2.0 -> 3.0 Cloud Computing & SOA | Scoop.it - 30 septembre, 2012

    […] Je me demande toujours, même après 25 ans d’enseignement, si mes étudiants ne me prennent pas pour un fada lorsque je leurs présente mes visions et mes pratiques pédagogiques. Je constate parfois des résistances, des refus d’aller dans la direction que je tente d’indiquer….  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :